ELIANEDORFOND

L’ARTISTE

à propos

Sculptant la matière depuis une dizaine d’années, Eliane D’Orfond explore différentes techniques au sein d’ateliers travaillant la terre, le plâtre, le bois, le bronze et le marbre.

Cette artiste traque la ligne, elle aime le volume et la masse, le jeu des contours et des formes. L’œuvre d’Eliane d’Orfond révèle sa prédilection pour quatre thèmes : les têtes, le tango, les silhouettes et Icare. Captivée par le mythe de l’homme volant, elle n’hésite pas à jouer avec les lois de l’apesanteur en suspendant des figures très épurées.

Diplômée de l’Union Centrale des Arts Décoratifs, Éliane a débuté comme architecte d’intérieur, puis travaille dans les ateliers de la Direction des affaires culturelles de la ville de Paris où elle apprend les techniques de la fonderie. Elle apprend également par la suite la technique de la taille sur bois dans un atelier de la ville de Suresnes. Tous ces acquis font d’elle un sculpteur, architecte de l’irréel.

la richesse du minimalisme

Par l’extrême épure des formes associées à des matières brutes très étudiées, Éliane nous entraîne dans un voyage rempli de corps, de personnages, d’animaux, aux allures abstraites qui semblent tenir de l’absolu. Elle capte les lumières, joue avec les formes entre rationalité et élégance. Ses œuvres nous emmènent par delà la forme dans un rêve métaphorique.  

LA DOMPTEUSE D'ÉTOILES

« Au fait, d’où vous vient-elle cette urgence tactile qui pousse vos doigts à courir de terre en terre pour faire danser l’inerte? Sans doute d’une mystérieuse affinité (secrète) entre « lux » lumière enfouie de la masse avide de vie, et « lumen », lumière en acte de votre oeil, déjà prêt au ciseau. Quand à moi, je ne puis qu’imaginer l’intimité de la substance, toutes ces particules en folie, soudain surprises dans leurs sabbats par la gouge ou le poinçon et sommées de se plier aux improbables combinaisons de la main rageuse de l’artiste. Songeant à ces galaxies de l’infinitésimal ainsi mises au pas, l’envie m’est venue, irrésistible, de te surnommer affectueusement « la dompteuse d’étoiles ».» V.R.